DEMOCRATIE PARTICIPATIVE A LYON

La mairie envisage la création d’une « commission extramunicipale du temps long », chargée d’évaluer la transition écologique. Cette assemblée citoyenne pourrait compter entre cinquante et cent participants. Un « baromètre du bien-être », élaboré avec des chercheurs, est aussi dans les cartons pour mesurer les attentes de la population et orienter l’action municipale.

Autre projet-phare de la municipalité : « l’institut de la résilience ». Il s’agit d’une plate-forme pouvant associer des chercheurs pluridisciplinaires et des acteurs de la société civile (entrepreneurs, étudiants, associations).

Ces projets s’appuient entre autres sur les travaux de Chloé Vidal 3eme ajointe, démocrative locale et sa thèse de géographie à l’ENS de Lyon, consacrée aux philosophies de l’action collective, thèse dirigée par Michel Lussault, spécialiste de géographie urbaine, et créateur de l’Ecole de l’anthropocène, laboratoire de concepts innovants en matière d’écologie appliquée.