LA FACE CACHEE DES ENERGIES VERTES

« Technologies vertes mais polluantes, recyclage impossible… : cette vaste enquête menée à travers le monde révèle les effets pervers des solutions propres pour parvenir à la transition énergétique », c’est l’introduction à cette enquete..

Une enquete perturbante, à lire et écouter sur Arte TV jusqu’au 22 janvier. Pour que l’air de nos centres-villes s’allège en particules fines, la pollution est délocalisée à l’abri des regards, dans des pays émergents qui espèrent tirer profit de leurs minerais, sans égard pour leurs habitants.

Deux exemples caractéristiques : le dossier caché de la voiture électrique dont la filière de production reste aussi polluante et consommatrice d’énergie que la voiture à moteur thermique, sans compter les tonnes de cuivre nécessaire au cablage des bornes de recharge (voir étude ADEME longtemps non publiée) ; autre interrogation mise en évidence dans le reportage celle de l’intallation des éoliennes qui consomment d’une part environ une masse considérable de métal rare par installation (aimants…) sans compter les tonnes d’aluminium,  et des tonnes de béton pour ancrage dans le sol.

Nous allons vers une dépendance à quelques dizaines de métaux rares dont la Chine est le principal producteur, plus quelques pays comme la Bolivie et le Chili, le Congo….

Une énorme quantité d’eau absorbée par la grande industrie minière, et rejetée polluée, aux dépens des populations et une pollution dramatique de l’air dans un vaste rayon.

Un des enseignements de cette enquête : pas d’énergie propre…. la solution plutôt dans la sobriété énergétique, mais comment réorienter des mutlinationales dont le moteur reste la recherche du profit immédiat ? Pour faire du propre il faut toujours du sale…résume un des scientifiques interwievé.